Comment faire une bonne analyse du BFR ?

Une bonne gestion d’entreprise implique des analyses financières régulières, incluant notamment le contrôle du niveau de besoin en fonds de roulement, communément appelé « BFR ». Il s’agit d’un indicateur très important pour une entreprise, qui représente les besoins de trésorerie générés par son cycle d’exploitation à court terme. Par conséquent, il est primordial de bien comprendre la notion, et d’être en mesure d’en faire une bonne analyse.

Sommaire

New call-to-action

 

1. BFR : Définition et mode de calcul

Le BFR correspond au besoin de trésorerie qu’une entreprise doit supporter en raison des décalages de paiements entre stocks, créances clients, et dettes fournisseurs. S’il est mal maîtrisé, il peut entraîner d’importantes difficultés de trésorerie pour une entreprise. Pour vous aiguiller, nous vous expliquons à quoi correspond exactement le besoin en fonds de roulement ainsi que son mode de calcul.

 

1.1 Qu’est-ce que le BFR ?

Par définition, le besoin en fonds de roulement (BFR) correspond à la somme qu’une entreprise doit pouvoir financer pour supporter le besoin résultant des décalages de trésorerie entre les entrées et les sorties. 

Le BFR d’une société peut se creuser pour deux raisons principales :

  • les clients ne règlent en général pas immédiatement les factures qui leur sont envoyées ;
  • le stock n’est pas vendu immédiatement, et les articles (ou matières premières) sont en stock pour des périodes plus ou moins longues. 

Ces différents décalages vont créer un besoin financier qu’il faudra financer par :

  • les délais de règlement négociés auprès des fournisseurs ;
  • la trésorerie existante.

 

1.2 Comment se calcule le BFR ?

Le BFR est une donnée importante dans le cadre d’un business plan. C’est aussi l’un des calculs les plus importants lors du démarrage d’une entreprise. La mauvaise estimation de cette donnée est malheureusement l’une des principales causes de la disparition des entreprises naissantes ou en croissance.

Le calcul du BFR est commun à toutes les entreprises et n’est pas très compliqué. Pour cela, vous devez faire la somme de vos créances clients et vos stocks en y soustrayant vos dettes fournisseurs ainsi que les dettes fiscales et sociales. Il est obtenu grâce aux données figurant dans le bilan comptable. Il représente la différence entre l’actif circulant et le passif circulant.

Voici une formule simplifiée du besoin en fonds de roulement :

BFR = Stocks + Créances clients et autre — Toutes les dettes non financières

calcul du bfr

2. Analyse et optimisation du BFR

La maîtrise du BFR est cruciale et permet de connaître les sommes disponibles en trésorerie afin de régler les dettes de l’entreprise à échéance. Une mauvaise maîtrise de ce dernier peut avoir des conséquences désastreuses pour l’entreprise, nécessitant de nouveaux besoins de financement. Dans le pire des cas, cela peut même entraîner la cessation des paiements de l’entreprise et une éventuelle liquidation de celle-ci.

 

2.1 Analyse statique (positif, négatif, neutre)

 L’analyse statique du niveau de BFR peut générer trois cas de figure : 

  • BFR positif : dans ce cas, le cycle d’exploitation de la société consomme la trésorerie, et une éventuelle croissance de la société accroîtrait ce besoin de trésorerie pour financer l’activité ;
  • BFR négatif : dans ce cas, le cycle d’exploitation génère de la trésorerie à court terme. Cela est possible dans les secteurs d’activité comme la grande distribution, où les grandes chaînes n’ont pas de créances clients (ils encaissent leurs clients sans délai) et relativement peu de stocks, alors qu’ils ont en général des dettes fournisseurs (i.e. ils paient leurs fournisseurs avec un délai non négligeable dans la plupart des cas) ;
  • BFR constant : cela signifie que le cycle d’exploitation n’a pas d’impact sur la trésorerie de l’entreprise à court terme.

Afin d’optimiser le niveau de BFR d’une entreprise, il peut être pertinent de rentrer dans le détail en calculant certains ratios spécifiques comme : 

  • Le ratio de récupération des créances clients (ou DSO) ;
  • Le ratio de règlement des fournisseurs (DPO) ;
  • Le ratio de rotation des stocks. 

 

2.2 Récupération des créances clients

Le recouvrement des créances clients est une démarche engagée par une entreprise afin d’obtenir le règlement des créances de la part de ses clients à l’échéance prévue dans le contrat. Pour que la créance soit reconnue comme telle, il faut que :

  • le bien (ou le service) ait été fourni au client ;
  • la facture correspondante ait été émise ;
  • la contrepartie financière / le règlement n’ait pas encore été perçu par le fournisseur.

 

2.3 Ratio de récupération de créances clients (ou DSO)

Ce ratio correspond au temps moyen que mettent les clients à payer. Le ratio de récupération des créances clients - également appelé DSO (Days of Sales Outstanding) - peut se calculer à partir de la formule suivante : 

DSO = [Créances clients / Chiffre d’affaires TTC] x 360

Ce ratio permet d’avoir une meilleure vision de la politique de recouvrement pratiquée par l’entreprise. Il devient donc plus aisé de définir si le délai laissé aux clients pour régler est adapté, respecté ou dépassé. 

Templates - Illustrations techniques (5)_page-0005

2.4 Ratio de règlement des fournisseurs

De la même manière que pour les créances clients, il est possible d’exprimer les délais de règlement des fournisseurs en nombre de jours de chiffres d’affaires. Le ratio de règlement des fournisseurs, ou DPO (Days Payable Outstanding), se calcule de la manière suivante : 

DPO = [Créances clients / CA TTC] x 360 

days payable oustanding

2.5 Ratio de rotation des stocks 

Une bonne gestion du BFR nécessite de maîtriser le niveau de stock. En effet, un stock trop important immobilise de la trésorerie inutilement, et augmente le BFR. Le stock doit donc être renouvelé le plus vite possible tout en respectant certaines contraintes. Afin de faciliter cette optimisation du niveau de stock, le ratio de rotation des stocks peut être utilisé. Il se calcule facilement à partir de la formule suivante :  

Stock moyen (sur une période donnée) = (Stock de début + Stock de fin) ÷ 2

ratio de rotation des stocks

New call-to-action

path-digital-tR0jvlsmCuQ-unsplash

3. Comprendre le lien entre BFR et trésorerie en observant l’évolution du BFR

Le BFR permet de comprendre que le fonctionnement d’une entreprise génère des besoins et des ressources du fait des décalages d’encaissements et de décaissements. Quant à la trésorerie nette, elle représente les disponibilités d’une entreprise après le financement du fonds de roulement (FR) et du besoin en fonds de roulement (BFR). Elle peut s’exprimer à partir de la formule suivante : 

Trésorerie nette = FR - BFR

L’analyse statique du BFR doit nécessairement être complétée d’une analyse dynamique, qui consiste à calculer la variation du montant de BFR sur une période donnée. Ce calcul de la variation du BFR s’effectue à partir de la formule suivante : 

Variation de BFR (N) = BFR (N) - BFR (N-1)

 

calcul de la trésorerie nettecalcul de la variation du bfr 

 

3.1 BFR positif 

Un besoin en fonds de roulement positif signifie que l’entreprise a besoin de trésorerie pour financer le décalage entre les décaissements et les encaissements. Dans ce cas, il est nécessaire de veiller à maîtriser parfaitement le BFR. Pour cela, vous devez être vigilant sur les délais de paiement des clients et des fournisseurs ainsi que sur la gestion des stocks. En effet, un accroissement du BFR d’une entreprise qui n’est pas corrélé à la croissance de l’activité n’est pas un bon signe.

 

3.2 BFR négatif 

Si le BFR d’une entreprise est négatif, c’est en général une excellente nouvelle. En effet, cela signifie que l’entreprise n’a pas besoin de trésorerie pour financer son décalage entre les décaissements et les encaissements. Cette dernière dispose d’une ressource financière, elle encaisse les paiements clients avant de régler les fournisseurs. Ce genre de situation se rencontre fréquemment dans les secteurs d’activité où les clients effectuent des paiements comptants, comme la grande distribution.

 

3.3 BFR nul

Le besoin en fonds de roulement nul, ou neutre est une situation d’équilibre entre les emplois et les ressources. Aucun excédent financier et aucune nécessité d’utiliser des découverts ou de consommer la trésorerie.

 

3.4 L’impact sur la trésorerie

L’augmentation du BFR au cours d’une période donnée génère un besoin de trésorerie supplémentaire pour la société. En effet, si les créances viennent à s’accumuler, ou que l’une d’elles est particulièrement importante, elles peuvent amener l’entreprise à freiner son développement.

impact du bfr

Lire aussi :

Calcul du BFR : ce que vous devez savoir

5 leviers pour diminuer votre BFR et améliorer votre trésorerie

 

La gestion de votre trésorerie n'a jamais été aussi simple et efficace. Essayez Fygr gratuitement pendant 7 jours (pas de CB) : 

ESSAI GRATUIT